20 avril, 2010

La prétention que…

Classé dans : Speculations — berbererif @ 13:50

La prétention que « le porc produit dans les conditions hygiéniques rigoureuses d’aujourd’hui puisse être consommé »

Le porc avait, durant la période de la révélation du Coran, beaucoup de qualités nocives, et, en réalité, il les a toujours. Premièrement, quelle que soit l’hygiène de l’environnement dans lequel il est élevé, le porc reste toujours un animal qui consomme ses propres excréments. Comparé au métabolisme des autres animaux, celui du porc produit beaucoup d’anticorps, parce qu’il mange ses propres excréments, mais aussi en raison de sa structure biologique. Son métabolisme produit aussi, si on le compare aux autres animaux ou aux êtres humains, de grandes quantités d’hormones de croissance.

Naturellement, ces anticorps et ces hormones de croissance s’accumulent dans les muscles du porc durant la circulation du sang. En outre, le porc a de grandes quantités de cholestérol et de lipides. Ainsi, il est scientifiquement démontré que tous ces anticorps, hormones, cholestérol et lipides en grande quantité qui se trouvent dans le porc constituent une menace pour la santé humaine.

Aujourd’hui, dans des pays comme les Etats-Unis et l’Allemagne où la viande de porc est consommée dans une large mesure, l’obésité est devenue un problème de société largement répandu. Quiconque ayant un régime alimentaire contenant du porc est en effet exposé à de grandes quantités d’hormones de croissance. Il commence par la prise du poids excessif, puis son corps continue de se déformer et de se défigurer.

Un autre élément nocif qu’a souvent le porc est la trichine, un petit ver parasite. Lequel parasite affecte les muscles du cœur lorsqu’il entre dans le corps de l’être humain pour ainsi représenter un risque mortel. Quoiqu’il soit possible, avec la technologie d’aujourd’hui, de repérer les porcs atteints de ce parasite, cela ne l’est que depuis peu. Dans le passé, les gens couraient toujours le danger d’une infection aussi mortelle.

Comme on peut le constater, la sagesse de la prohibition islamique du porc est évidente. On la voit à travers une mesure profondément enracinée et bien définie contre la consommation de cet animal qui demeure, dans toutes les conditions, un risque pour la santé, et qui est mortel à moins qu’il ne soit produit sous haute surveillance, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Au demeurant, il y a un point important à rappeler. Il n’est pas indispensable qu’une chose soit malsaine ou nocive aux êtres humains pour qu’elle soit interdite. C’est un sujet qui échappe à beaucoup de monde et qui est souvent évoqué par ceux agissant sous l’effet d’arrière-pensées pour tirer profit du manque de connaissance des gens qu’ils veulent troubler. C’est-à-dire que les prétentions ignorantes qu’ils n’arrêtent pas de formuler, du genre: « Pourquoi ceci ou cela est encore interdit dans le Coran? Il n’y a rien de mal à cela!… », ne sont que le résultat de leur manque de réflexion ou du fait qu’ils ne réalisent pas la sagesse et le but des commandements coraniques. Les incrédules perçoivent souvent des notions à travers un objectif trop étroit et excessivement limité. Par conséquent, ils ne voient jamais leurs causes et leur logique dans leur ensemble.

Dieu peut interdire n’importe quoi pour une quelconque raison, mais Il peut également interdire quelque chose qui n’est pas nocive afin de tester ceux qui Le craignent sincèrement, ceux qui L’aiment et ceux qui Lui obéissent, aussi bien que pour démasquer les simulateurs. D’ailleurs, quelque chose peut être interdite à des fins de punition ou d’avertissement, ou simplement pour le rappel des bénédictions de Dieu et en tant que moyen pour que les gens puissent montrer leur gratitude.

Dans le Coran, Dieu – exalté soit-Il – interdit également la consommation de tout animal sacrifié pour autre que Lui.

Il vous a certes proscrit la chair morte, le sang, la viande de porc et ce qui fut dédié (lors de son abattage) à autre qu’Allâh. Qui, toutefois, se trouve dans la nécessité (d’en consommer) sans qu’il ne l’ait voulu et sans qu’il n’ait transgressé,6 il n’y a point de péché sur lui. Allâh est Tout pardon, Miséricordieux. (Coran, Al-Baqarah – 2/173)

Il est évident que manger de la viande d’un animal qui n’a pas été dédié à Dieu ne menace pas notre santé. Cependant, si l’un de deux bœufs paissant dans le même champ est consacré à Dieu, sa consommation est « licite » (Halâl) et, réciproquement, si l’autre est consacré à autre que Dieu, sa consommation est alors « illicite » (Harâm). Une des raisons de ce commandement est de tester les gens.

Par exemple, la prohibition imposée aux Juifs dans le passé de « ne pas travailler le jour du sabbat (samedi) » a été faite pour les tester, comme énoncé dans le Coran:

Interroges-les encore au sujet de la cité qui donnait sur la mer, quand ils transgressaient le sabbat* lorsque du poisson venait à eux le jour de leur sabbat7 faisant surface, alors que, le jour où ils n’observaient pas le sabbat, il n’en venait pas. Ainsi les éprouvions-Nous à raison de leur perversité. (Coran, Al-A’râf – 7/163)

Cette prohibition du travail le samedi qui a été imposée aux Juifs dans le passé n’a pas été imposée aux Musulmans. Ceci montre que l’interdiction n’a pas été imposée en raison d’une menace sociale ou parce que les poissons qui affluaient vers la ville ce jour-là étaient dangereux de quelque manière que ce soit. Une telle interdiction n’avait été donc imposée que pour tester les Juifs. En plus, le même verset déclare qu’ils ont désobéi à l’interdiction et qu’ils ont ainsi échoué dans cette épreuve. C’est-à-dire que ladite interdiction a permis de montrer la faiblesse de la foi de cette nation et le fait qu’elle ne craignait pas Dieu.

Il est une interdiction semblable mentionnée dans le Coran qui vise un but similaire, celui de servir de moyen d’évaluation des vrais croyants:

Vous qui avez la foi, Allâh vous éprouvera certes par quelque gibier que peuvent atteindre vos mains et vos lances. (C’est) pour qu’Allâh sache qui Le craint dans le secret. Quiconque, par la suite, outrepasse (cet avertissement), il subira un châtiment douloureux. Vous qui avez la foi, ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état de Ihrâm.8 Quiconque parmi vous en tue délibérément, il doit, en tant que compensation, l’équivalent, en bêtes de troupeau, de ce qu’il aura tué, suivant le jugement de deux justes parmi vous, sous forme d’offrande destinée à (ceux des pauvres de) la Ka’bah; ou bien une expiation, à savoir la nourriture de quelques pauvres; ou encore l’équivalent de cela en jeûne. C’est pour qu’il goûte aux tristes effets de son acte. Allâh pardonne alors ce qui a précédé. Qui, en revanche, récidive, Allâh se vengera de lui. Allâh est Tout-Puissant, Maître de vengeance. Il vous est rendu licite le gibier de mer et la nourriture (qu’on y trouve) en tant qu’acquêt pour vous et pour les voyageurs. Mais ils vous est proscrit le gibier de terre tant que vous êtes en état de Ihrâm. Craignez Allâh vers qui vous serez rassemblés. (Coran, Al-Mâ’idah – 5/94-96)

Le but de cette interdiction est clairement énoncé dans le verset:

… Pour que Dieu sache qui Le craint dans le secret.

La facilité avec laquelle les mains et les lances atteignent leur cible fait partie du test.

Un autre but de la mise des nations à l’épreuve est de les punir lorsqu’elles affichent leur mauvaise conduite ou leur perversité, ainsi que de les appeler à se repentir et à reprendre de nouveau le droit chemin. Certaines des interdictions faites aux Juifs dans le passé sont des exemples à ce propos:

Aux Juifs Nous avons interdit toute bête à sabot.9 Des bovins et des ovins Nous leurs avons interdit la graisse, sauf ce que portent le dos, les entrailles, ou ce qui se mêle à un os. Ainsi les avons-Nous pénalisés pour leur outrage. Nous disons (là-dessus) la stricte vérité. (Coran, Al-An’âm – 6/146)

Aussi, nous pouvons conclure qu’il y a une profonde sagesse dans la prohibition des choses que Dieu a déclarées illicites. Mais, si nous limitions cette raison à ce qui est nocif ou malsain, cela ne fera que dénoter notre méconnaissance et notre incompréhension du Coran.

L’interdiction du porc a d’autres raisons. Il n’y a point de doute que cet animal a depuis toujours été dangereux pour la santé humaine et qu’il l’est encore aujourd’hui. Les mesures prises contre le risque en question, qu’on vient enfin de découvrir grâce à l’équipement médical moderne et aux expériences biologiques menées ces derniers temps, figurent dans le Coran depuis désormais 1400 ans, c’est-à-dire lorsque le monde ignorait complètement les notions de microbe, bactérie, trichine, hormones, anticorps, etc. C’est tout simplement l’un des miracles de ce Livre divin. On sait aujourd’hui que, même après toutes les inspections et les précautions prises pendant la production du porc, il reste toujours impropre à la consommation et demeure constamment un type de viande qui occasionne des risques sanitaires pour les humains. Néanmoins, la production du porc est rentable et c’est l’une des raisons pour lesquelles il est mondialement populaire. Ce facteur de tentation que nous pouvons noter, ressemble en quelque sorte à l’afflux des poissons pendant le sabbat des Juifs. Quand il y a tant de sources de viande comestible et délicieuse telles que le mouton, le poulet, la vache, les innombrables variétés d’oiseaux, les animaux de proie et encore d’autres, convoiter la viande de porc quand bien même Dieu l’interdit serait tout simplement un acte décidément voulu.

Comme le Coran est valide jusqu’au Jour du Jugement, n’importe quelle forme de consommation du porc est interdite, sinon dans les situations spéciales indiquées dans le Livre. Si en effet dans 100 ans le porc est complètement traité et ne porte donc plus aucun risque sanitaire, éviter d’en consommer la viande restera toujours une forme d’adoration pour les vrais hommes de foi. Même alors, la question d’en manger ou de ne pas en manger restera toujours une épreuve pour nos insouciants protestataires.

6 réponses à “La prétention que…”

  1. malika dit :

    salam,

    araka Allahou fik, ravie de voir des gens si scientifiques et si lucides dans leur pratique!! derière chaque consigne ou dire divin, une raison si saine et sereine au profit de l’Homme!!

  2. Celine dit :

    as tu un facebook, ton travail est remarquable !
    merci !!

  3. berbererif dit :

    Céline
    D’abord je tiens à te remercier pour ton passage et n’hésite pas de repasser de temps en temps car j’ai encore beaucoup d’article a ajouter .je n’ai pas de facebook pour l’insatant .

  4. Celine dit :

    salam,

    As tu lu « La Bible, le Coran et la science » ? Je l’ai à la maison mais pas encore lu….
    si tu as un facebook n’hésite pas à m’ajouter ))
    celine takbir (celineyakbir@yahoo.fr)

    a bientot ?

  5. berbererif dit :

    (céline)
    alikoum as-salam
    j’ai lu les livres mais celui-là pas encore. Je pense que son auteur est « morice bucaille » ils disent que c’est un très bon livre.
    Pour l’instant j’ai pas de facebook ni assez de temps pour me connecté, lorsque je l’aurai je t’ajouterai incha allah .
    wasalam .

  6. Anonyme dit :

    Pasteur critiquant la dépravation sexuelle alors qu’il la pratique lui-même à outrance !!!!!!

Laisser un commentaire

grenouilledebenitier |
traditionprimordiale |
minhadj alghouraba (cheikh ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Partageons Christ
| dawwud
| EGLISE DE DIEU Agapè Intern...